HorizonBourse - Informations et Stratégies Boursières 


  Optimisez vos investissements et décollez vers vos nouveaux Horizons Boursiers.

ACCUEIL STRATÉGIES RÉSULTATS ABONNEMENT AIDE / LEXIQUE LIENS CONTACT
 

Lexique, aide et informations pratiques

A B C D E F G H I L M N O P R S T V
R
Ratio de Sharpe
Le ratio de Sharpe mesure la rentabilité excédentaire par rapport au taux de l'argent sans risque d'un portefeuille d'actifs divisé par l'écart type de cette rentabilité. C'est donc une mesure de la rentabilité marginale par unité de risque. Il permet de mesurer les performances de gérants pratiquant des politiques de risque différentes.

Règlementation Ventes à découvert
11/02/2012 - Paris lève l'interdiction sur les ventes à découvert :


[ L'AMF LÈVE L'INTERDICTION SUR LES VENTES À DÉCOUVERT PARIS (Reuters) - L'Autorité des marchés financiers (AMF) a annoncé lundi la fin de l'interdiction des ventes à découvert sur dix valeurs financières françaises, confirmant une information précédemment obtenue par Reuters.

L'interdiction des ventes à découvert sur les valeurs financières françaises avait été décidée le 11 août 2011 en pleine tempête boursière, avant d'être prolongée pour trois mois le 10 novembre, soit jusqu'au 11 février 2012.

"Le dispositif visant à interdire toute prise de position courte nette ou tout accroissement d'une telle position sur des titres de capital d'une liste définie de valeurs financières françaises a pris fin le samedi 11 février 2012", indique le gendarme de la Bourse dans un communiqué.

Adoptée dans plusieurs pays européens, comme par exemple aussi l'Italie ou l'Espagne, cette mesure était destinée à réduire l'extrême volatilité des actions des banques et des compagnies d'assurance dans le contexte de crise de la dette souveraine dans la zone euro et d'assèchement de la liquidité sur le marché interbancaire.

Les valeurs concernées étaient April Group, Axa, BNP Paribas, CIC, CNP Assurances, Crédit Agricole, Euler Hermès, Natixis, Scor et Société générale.

Cette mesure avait toutefois été accueillie avec beaucoup de réserves par les professionnels des marchés financiers, certains estimant que l'interdiction des ventes à découvert ne permettrait pas d'enrayer la chute des valeurs financières en Bourse liée aux inquiétudes des investisseurs sur la solidité du système bancaire européen.]

* * *

Le Point.fr - Publié le 22/01/2014 à 10:53

L'interdiction de la vente à découvert est compatible avec le droit de l'UE
La Cour de justice européenne a tranché en rejetant un recours introduit en 2012 par le Royaume-Uni contre cette législation.

[L'Autorité européenne des marchés financiers (AEMF) a le droit d'intervenir en urgence sur les marchés des États membres pour interdire la vente de titres à découvert, selon un arrêt de la Cour de justice européenne pris mercredi. La Cour a rejeté un recours introduit en 2012 par le Royaume-Uni contre cette législation, adoptée dans le contexte de la crise financière et visant à empêcher une déstabilisation des marchés par cette pratique susceptible d'entraîner une chute des cours. Londres contestait l'article 28 du règlement adopté début 2012 qui donne à l'Autorité européenne des marchés financiers le pouvoir d'intervenir en urgence sur les marchés financiers des États membres pour réglementer ou interdire la vente à découvert.

Cette pratique consiste à emprunter un actif dont on pense que le prix va baisser et à le vendre avec l'espoir d'empocher une différence au moment où il faudra le racheter pour le rendre au prêteur. Elle peut aussi se pratiquer "à nu" : l'acheteur vend alors à terme des titres qu'il ne possède pas encore. Pratiquée de manière massive, cette technique peut provoquer la baisse des cours souhaitée par les vendeurs. Elle est jugée en partie responsable des mouvements spéculatifs sur les marchés et a été mise en cause pendant la crise financière de 2008.

Dans son arrêt, la Cour estime que "l'article 28 du règlement n'octroie à l'AEMF aucune compétence autonome qui irait au-delà des compétences dévolues à cette autorité lors de sa création". Les pouvoirs de l'AEMF "sont encadrés de façon précise et sont susceptibles d'un contrôle juridictionnel au regard des objectifs fixés par l'autorité qui les lui a délégués". En conséquence, "la Cour en conclut que ces pouvoirs sont compatibles avec le Traité" européen. Cette décision est une relative surprise, car elle prend à contre-pied les conclusions de l'avocat général, généralement suivies par la Cour. En septembre, celui-ci avait préconisé d'annuler l'article 28, estimant que les pouvoirs donnés à l'AEMF allaient au-delà des objectifs d'harmonisation du marché intérieur et enfreignaient la souveraineté nationale.]


Relutif
Se dit d'une opération (augmentation de capital, réduction de capital, croissance externe, ...) ou d'un instrument (obligations convertibles, bons de souscription en actions, stock option, ...) qui va entraîner une augmentation, soit du contrôle des actionnaires actuels, soit du bénéfice par action, soit de la rentabilité de l'entreprise ou d'un autre paramètre jugé significatif. Relutif n'est pas nécessairement synonyme de création de valeur ou d'enrichissement. Son contraire est dilutif.

Risque (diminution du)
Nous utilisons la vente à découvert par le biais d'un tracker indiciel (short = tracker BX4) lorsque nos indicateurs signalent une baisse du CAC40, ceci nous permet dans la mesure du possible de ne pas subir cette baisse de façon passive, mais au contraire de la mettre à profit. Nous diminuons donc de manière certaine le risque de nos placements en utilisant rationnellement la vente à découvert lorsque le CAC 40 baisse. Ne pas l'utiliser en période BAISSIERE serait comme boxer un bras attaché dans le dos...et augmenterait donc considérablement le risque !

La notion de risque en finance est très proche de celle d'incertitude. Le risque d'un titre financier peut ainsi avoir plusieurs origines. On distingue notamment les risques économiques (politiques, naturels, d'inflation...) qui menacent les flux liés aux titres et relèvent du monde économique, et les risques financiers (liquidité, change, taux...) qui ne portent pas directement sur ces flux et sont propres à la sphère financière. Quelle que soit sa nature, tout risque se traduit par une fluctuation de la valeur du titre financier. C'est d'ailleurs ce qui distingue la comptabilité pure, qui ne se préoccupe que de taux de rentabilité, et la finance, qui intègre la notion de risque pour déterminer la valeur. Le risque d'un titre financier se mesure à la volatilité de sa valeur (ou de son taux de rentabilité) : plus la volatilité est élevée, plus le risque est fort, et inversement.
Reste à chacun de la subir passivement ou de trouver la solution pour faire de la volatilité son alliée...C'est cette deuxième option que nous avons choisie, et à raison, au vu de nos résultats plus que probants!

Haut de page  

HorizonBourse - L'Information en Stratégies Boursières - Mentions légales - Conditions générales d'utilisation et de ventes
Création Atelier NUMERIC sites internet Tarbes